Kangxi le conquérant

retour
Armure d'apparat, ornée de dragons et de nuages dorés, «jaune lumineux».
L'apparat de la guerre

Cette armure d’apparat était portée par Kangxi lorsqu’il passait en revue les troupes des huit bannières (régiments
d’élite) mandchoues. Elle se compose de huit parties : la veste et la jupe renforcées de clous d’or, les deux
protections d’épaules, les deux protections d’aisselles, la protection de l’aine et celle de la hanche gauche.
Le casque est en cuir de vache recouvert de laque noire incrustée d’or et de perles. Il est gravé d’une inscription
en sanscrit qui fait référence au bouddhisme.
Le gland qui coiffe le casque est fait de peau de martre et de filigranes d’or incrusté de perles.
La conquête du sud de l'empire

A l’époque de Kangxi, la conquête du territoire était loin d’être définitivement assurée, surtout dans le sud. Durant son
règne, il y fit six tournées, tournées de propagande destinées à proclamer la mansuétude des conquérants du nord
à l’égard des populations du sud. Kangxi s’appliqua toujours à se forger l’image d’un monarque soucieux des souffrances
du peuple.
Le rouleau ici présenté, de 26 m de long, est le dernier des douze qui illustraient la deuxième tournée, celle qui, en 1689
dura soixante et onze jours.
Ce dernier rouleau représente le retour de Kangxi. De gauche à droite, comme si l’on remontait le cortège de sa fin vers
son début, l’on voit d’abord toute une foule de fonctionnaires, paysans et artisans, assemblés de manière à former les
quatre caractères chinois qui signifient « éternité à l’Empereur » ; puis des troupes à cheval, puis l’empereur assis sur une
chaise à porteur. Les habitations qui se trouvent sur le parcours sont fermées et celui-ci est désert, car personne n’est
autorisé à voir l’Empereur. En revanche au registre supérieur, les échoppes et la rue parallèle sont animées, car tous ces
rouleaux peints sur soie mettent en scène l’empereur et l’apparat du cortège, mais peignent également, avec une précision
documentaire étonnante, les mœurs locales, les paysages et les habitants de l’empire. Kangxi est ici sur le point de franchir
la porte de la Cité Interdite dont on voit la muraille et les cours successives. Des troupes l’y ont précédé et la garde
d’honneur portant les bannières s est alignée pour l’accueillir.
«Le voyage dans le sud de l'empereur Kangxi» (détail), anonyme, dynastie des Qing, règne de Kangxi (1662-1722).
Une audience vue par les artistes français

« L’Audience du prince » représente l’Empereur Kangxi sur son trône recevant l’hommage de quatre visiteurs. Sur la
gauche, une femme, peut-être l’impératrice, assiste à l’audience ; à droite, l’on note la présence d’une table chargée de
porcelaines et on va aux porcelaines de Guimet qui témoigne de l’intérêt qu’on portait à cette matière dans les cours
d’Europe où l’on tentait d’en percer le secret de fabrication.
L'Audience du Prince, tapisserie de la fin du XVIIe siècle-1er tiers du XVIIIe siècle, Beauvais.
 
l'empereur de la dynastie Qing | le conquérant | le calligraphe | l'homme de sciences | l'image de la Chine | le collectionneur